506-869-6800
MENU

Mise en contexte :

Dans le cadre du cours de français 11e année de Mme Camille, pour conclure le module du théâtre, les élèves ont eu la chance de recevoir virtuellement M. Luc LeBlanc, homme de théâtre et humoriste acadien.
En vue de la rencontre, les élèves avaient préparé des questions pour en apprendre plus sur cette vocation en général, mais également sur les particularités d’exercer ce métier sur la scène acadienne.
M. Luc fut très généreux avec son temps et répondit à absolument toutes les questions des élèves. Quel bel échange, merci de contribuer au développement pédagogique et identitaire de nos élèves ! 



Rétroactions d’élèves à la suite de la visite :

« Personnellement, j’ai vraiment apprécié l’entrevue et le fait que Luc a pu répondre à toutes nos questions, car cela nous a permis de mieux comprendre ce que c’est que d’être un acteur et un comédien. Ce qui m’a plus surpris dans l’entrevue est le fait qu’il a commencé à faire de la comédie aussi jeune. Ce genre d’activité rend le cours de français tellement intéressant, cette année est la première année où j’ai eu des invités comme Luc Leblanc ou même juste recevoir des invités. Cette entrevue a prouvé qu’avec beaucoup d’effort il est possible de percer dans le monde du théâtre. »  (Véronique Girouard, 11e année)

« Personnellement, j’ai bien aimé la rencontre. J’ai pu poser des questions à un humoriste que j’apprécie tout particulièrement et en plus il les a bien répondues avec détails et précision. Ce que j’ai le plus apprécié de cette rencontre est la manière que Luc communiquait avec nous, sans aucune barrière, sans retenue. Il se confiait à nous comme s’il nous connaissait. De plus, ce qui m’a le plus surpris de cette entrevue est l’anecdote qu’il raconta à la fin, où Antonine Maillet a appelé et Luc croyait que c’était son ami qui lui faisait une farce. 

En bref, j’ai aimé cette entrevue. J’aime ce genre d’activité de classe, car non seulement cela nous permet de connaitre de nouvelles choses dans le milieu de la francophonie, ça nous permet aussi de rester connecté à notre identité francophone. Je trouve qu’il est très important de rester fidèle à notre identité culturelle, et ce genre d’activité aide beaucoup pour moi. Il est aussi important de représenter notre culture et notre côté francophone qui est beaucoup trop sous représenté dans la francophonie globale. Quand on pense français canadien, on pense tout de suite au Québec, mais on oubli très facilement que les gens des provinces maritimes et de l’Acadie sont aussi des Français canadiens, mais qui pourtant, ne font pas partie du Québec. On est trop souvent oublié dans l’ombre des Français du Québec, ces multiples activités de classe nous permettent d’en ressortir un peu. »  (Antoine Michaud, 11e année)

« Premièrement, j’ai vraiment apprécié écouter à la rencontre de Luc Leblanc, même si c’était seulement un enregistrement. Avant la présentation, je savais que je n’allais jamais diriger ma carrière dans le domaine des arts, mais cette présentation m’a vraiment permis de renforcir ce choix. Cependant, j’ai appris plusieurs nouvelles choses sur le côté moins connu des arts de la scène, par exemple, comment des auditions fonctionnent. De plus, je pense que cette présentation a vraiment permis à certains élèves intéressés dans ce métier d’en apprendre plus que ce qu’ils pourraient trouver sur l’internet, car nous avons eu la chance de poser nos questions à un artiste très réussi, comme Luc Leblanc.  

Pour continuer, je suis très consciente de la chance en or que nous avons eu d’avoir Luc Leblanc comme invité. Je pense que cette expérience était très bénéfique pour tous les élèves, car il n’a pas beaucoup de gens qui percent dans le milieu des arts de la scène. Aussi, la présentation de Luc Leblanc était très éducative et je suis sûr que tout le monde a appris au moins une nouvelle chose. » (Annie Cormier, 11e année)

« Merci ÉNORMÉMENT Luc pour l’entretien! Tu as élaboré sur de nombreux bons points et cela m’a beaucoup aidé! Je suis très reconnaissante du temps que tu nous as consacré pendant cette rencontre et je crois pas mal parler pour tout le monde en te disant qu’on a sincèrement adoré interagir avec toi. J’ai pu ressortir de bonnes leçons et je te dois le crédit. Merci d’avoir fait ta marque. Je te souhaite du bon succès dans tes futurs projets! Et mille mercis encore! » (Madeleine Picard, 11e )

« Je crois que ce genre d’activité sert à nous démontrer ou à nous rappeler que nous étudions en français, mais que la pratique de la langue française ne doit pas se faire seulement à l’école. Luc Leblanc est un exemple réel de quelqu’un qui a grandi en français et qui a choisi de poursuivre sa carrière en français, malgré toutes les opportunités anglaises qui se portent à lui. Je crois que ça nous démontre que nous devons être fier d’être francophone et que nous devons réaliser que plusieurs arts que nous apprécions sont des émissions ou des films, des chansons, etc., sont en anglais parce que c’est, ce dont on entend le plus parler, et non parce que ces œuvres sont supérieures à celles françaises. Pour plusieurs d’entre nous, nous devons faire la recherche de plus pour trouver des séries, des artistes inspirants que nous aimons, qui célèbrent la langue française. Déjà être conscient de ça contribue beaucoup au développement de son identité culturelle. »  (Aleksis Roy, 11e année)

« J’ai appris plusieurs choses en écoutant Luc parler, mais j’ai été impressionné et surpris d’entendre que Luc avait déjà eu des demandes d’emploi sans même avoir fini ses études puisque ces sortes de choses ne se passent pas souvent et cela nous démontre qu’il a beaucoup de talent.  

J’aime beaucoup cette sorte d’activité et je pense que c’est important pour notre cours de français parce qu’on peut voir quelqu’un de notre communauté qui a pu se démarquer et se rendre loin dans les arts de la scène. C’est inspirant et c’est une activité qui nous donne de la motivation et de la confiance dans notre futur.  

Je trouve que cette activité est bénéfique pour nous, les adolescents, parce que c’est un outil pour développer notre identité francophone. Ce genre d’activité nous donne une chance de voir des gens qui sont fiers d’être Acadiens ou francophones et qui ont eu du succès. »  (Samuel Leblanc, 11e année)


Luc LeBlanc

Hier matin et aujourd’hui, les élèves de l’école L’Odyssée ont assistéà la représentation d’une pièce de théâtrede l’équipe étoile d’improvisation. 

L’homme, le corps, la légende :
une histoire divertissante et hilarante écrite par Justin Guitard. La pièce a été interprétée et réalisée par toute l’équipe d’improvisation.

Bravo à tous pour le beau travail! 

Pièce 1

Pièce 2

Après une année de pause à cause de la pandémie, le Programme d’accueil des élèves internationaux est prêt à accueillir des élèves à nouveau en 2021-2022. Nous sommes donc à la recherche de nouvelles familles d’accueil pour la région de Moncton. Ces élèves fréquenteront l’école L’Odyssée.

Depuis 2010, des familles accueillent des élèves de la 8e à la 12e année provenant de différents pays comme le Mexique, l’Allemagne, l’Italie, etc. Ces jeunes participent au programme pour une année scolaire complète, 1 semestre ou 3 mois.

Les familles reçoivent 750 $ par mois pour accueillir un élève international et profitent de l’appui de la coordonnatrice de leur région tout au long de l’expérience.

Si ça vous intéresse, nous vous invitons à communiquer avec :

Chantal Laviolette, coordonnatrice pour la région de Moncton

Chantal.laviolette@pacnb.org ou (506) 377-3799

  

Visitez le site web plus d’information : http://pacnb.org/index.php/fr/volet-programme-international/familles-d-accueil


Familles recherchées

À l’école L’Odyssée, le développement des compétences fait partie du quotidien. Dans le cadre du cours de charpenterie, David Goulet Casey élève de la 12e année, approfondit ceux-ci en fabriquant des nichoirs pour ensuite les vendre 10$ chacune afin de créer un fonds de roulement pour l’achat des matériaux.

Bravo David pour ton engagement et ton esprit entrepreneurial!   
  
Nichoir 1Nichoir

Dieppe, le lundi 8 mars 2021 – Le District scolaire francophone Sud (DSFS) souligne aujourd’hui la Journée internationale de la femme, en rendant hommage aux femmes qui contribuent à la richesse de l’organisation grâce à la passion qui les anime, et ce, dans divers domaines.

« Les femmes sont bien représentées au sein du personnel du DSFS, en nombre, mais surtout en qualité, souligne madame Monique Boudreau, directrice générale. Nous sommes choyés de pouvoir compter sur des femmes engagées, brillantes, créatives et innovantes, qui font une réelle différence dans la vie des élèves et dans leur milieu de travail. »


Parmi celles-ci, voici quatre femmes engagées… et quatre passions


France Breault
Sa passion : Promouvoir et défendre les droits des élèves des communautés LGBTQ+

Travailleuse sociale en milieu propice à l’apprentissage et au mieux-être au DSFS depuis 2018, madame France Breault œuvre dans le domaine du travail social en milieu scolaire depuis près de 20 ans.

Le dossier de la diversité sexuelle et de genre lui été confié après qu’elle a formé le tout premier comité d'Alliance de diversité sexuelle et de genre des écoles francophones du Nouveau-Brunswick.  Elle est aussi celle qui a coordonné le premier Sommet provincial francophone pour les jeunes LGBTQ+ et leurs alliés, présenté à Moncton, en 2017. Son rôle au sein du district est de sensibiliser la communauté scolaire à la diversité sexuelle et de genre. Elle accompagne le personnel, les élèves et leur famille en leur offrant des ressources et de l’appui.

« Être alliée pour une cause qui me tient à cœur m’encourage à continuer d’apporter des changements dans le monde de l’éducation.  Lorsque j’accompagne un élève ou une famille et que je suis témoin de petits gestes qui font une grande différence, j’ai le cœur rempli. J’ai choisi le domaine du travail social pour faire une différence.  Après 22 ans, le désir de faire une différence est tout aussi fort que le premier jour. » - France Breault

Geneviève Furlotte-Madore
Sa passion : Amener les élèves à se dépasser par l’entremise du théâtre

Enseignante de langues (français et anglais) et d’art dramatique à l’école secondaire Mathieu-Martin, de Dieppe, et véritable passeuse culturelle, madame Geneviève Furlotte-Madore est passionnée du théâtre. Depuis 2012, elle a été au cœur de la production de sept pièces de théâtre, dont cinq pièces originales écrites par des élèves de la troupe de l’école qui a aussi participé à quatre reprises au Festival de théâtre jeunesse en Acadie.


Pour madame Géneviève, il y a une certaine magie dans le théâtre. Ce qui au départ n’est qu’une idée devient une réalité qui existe pour le temps d’une représentation. Cette réalité est partagée à la fois par les membres de la troupe de théâtre et par le grand public pour créer un moment de connexion communautaire qui perdure dans le souvenir collectif.

« Quand nous réussissons à monter une pièce de théâtre malgré tous les obstacles inévitables en cours de route, le sentiment d’accomplissement et de fierté comble mon cœur. À travers les projets créatifs, les élèves ont également la chance de développer des liens entre eux qui dépassent chaque réalisation individuelle. Bien que les pièces soient éphémères, les obstacles surmontés pour monter une production développent des compétences durables. Cette chance d’amener les élèves à se découvrir et à se surpasser m’anime. » - Geneviève Furlotte-Madore

Amira Khedhri
Sa passion : Servir et accompagner les élèves nouveaux arrivants et leur famille

Coordonnatrice des services d’accueil et d’accompagnement des nouveaux arrivants depuis 2018, madame Amira Khedhri est arrivée au DSFS avec la vision d’établir un programme destiné aux élèves nouveaux arrivants et à leur famille pour favoriser leur intégration à la communauté scolaire. Avant cela, elle a mis sur pied le programme de tutorat et d’aide aux devoirs Franco-jeunes, lancé il y a trois ans et offert à plus de 75 élèves de quatre écoles de Moncton.

Au DSFS, elle a coordonné une importante demande de financement qui a été acceptée par le ministère de l’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Grâce à ces fonds, accordés sur une période de cinq ans, neuf personnes (huit travailleurs d’établissement dans les écoles et une accompagnatrice en outils technologiques) œuvrent maintenant au DSFS, en plus d’elle qui coordonne le projet qui connait beaucoup de succès.

« D’après mon expérience personnelle, je sais que les nouveaux arrivants sont confrontés à des défis d’intégration qui les empêchent de révéler leur plein potentiel et les soumettent à un stress évitable par un accueil et un accompagnement adéquat. Créer des initiatives qui favorisent un milieu scolaire accueillant et inclusif pour les élèves issus de l’immigration, et témoigner de l’épanouissement des élèves nouveaux arrivants et de leur famille dans nos écoles me motive et m’encourage chaque jour à poursuivre cette aventure avec passion. » - Amira Khedhri

Nicole Smith
Sa passion : Promouvoir et contribuer à l’excellence sportive au Nouveau-Brunswick

Madame Nicole Smith est directrice adjointe à l’École Les Éclaireurs, de Fredericton, mais avant sa carrière en éducation, elle a œuvré dans le domaine de l’administration du sport sur une période de vingt ans. Le sport continue de la passionner; elle saisit donc toutes les occasions pour le promouvoir.

Au fil des ans, madame Nicole a été engagée au sein de plusieurs organismes sportifs, dont Femmes et sport au Canada et le Centre canadien du sport atlantique. Elle a joué et continue de jouer un rôle de leadeur en occupant diverses fonctions : gérante d’équipe et chef de mission aux Jeux d’hiver et d’été du Canada et directrice générale de Sport NB, par exemple.

« Mon engagement me permet de continuer de vivre ma passion du sport. Les Jeux du Canada offrent aux athlètes une occasion d’exceller dans leur sport et de réaliser leurs rêves. Pour certains, c’est le tremplin vers la prochaine étape dans leur carrière sportive, tandis que pour d’autres, c’est une occasion de représenter leur province et de participer à un événement multisports. Quoi qu’il en soit, je suis heureuse d’en faire partie. » - Nicole Smith

Les prix VIVE de la Direction de l’égalité des femmes du Nouveau-Brunswick

Afin de mettre en valeur les réalisations de femmes du Nouveau-Brunswick, la Direction de l’égalité des femmes décernera, pour la première fois aujourd’hui, les prix VIVE ! Les détails entourant ce concours se trouvent sur le site Web du Gouvernement du Nouveau-Brunswick à cette adresse.

Chaque année, la Journée internationale de la femme (JIF) est célébrée le 8 mars. C’est un jour de célébration, à l’échelle mondiale, qui souligne les progrès réalisés sur les plans économique, politique et social par les femmes d’hier et d’aujourd’hui.

Source :
Ghislaine Arsenault
Directrice des relations stratégiques
District scolaire francophone Sud
ghislaine.arsenault@nbed.nb.ca 

Les élèves du cours de couture de Mme Marie-Christine Noël ont décidé d’entreprendre un projet pour souligner les nombreuses années d’implication de Monsieur Reno Chouinard au sein de l’équipe de hockey de l’école l’Odyssée. Les élèves ont dû conceptualiser et coudre plus d’une centaine de noms de famille afin de créer une courtepointe qui est maintenant affichée dans l’école.  


Le projet fut réalisé afin de mettre en valeur l’engagement, le dévouement et les nombreuses heures de travail que Monsieur Reno a investi au cours des 15 dernières années. L’école l’Odyssée et surtout tous ces joueurs qui ont côtoyé et qui côtoient encore Monsieur Reno peuvent s’estimer chanceux d’être si bien accompagné.

Un énorme merci pour ton implication Monsieur Reno!  


équipe couverture
Dans la photo : Madame Marie-Christine Noël, Amanda DeGrâce, Joline Girouard, Josée Hébert, Anna Burton et Ève Arseneau. 

Test update